Aquarium

 

 

5 photographies sous verres 40/50 cm

1 photographie sous verre 50/70 cm

le mur fait la marge ;

 le verres laisse un espace de 10 centimètre de autour des photographies

 

 

          Dans la continuité d’une première série de photographies, les figurants, cette deuxième série de 6 photographies représente encore des situations trouvées dans l’espace public. 

Des individus isolés sont représentés au centre de mon cadrage, ce qui me permet d’appuyer la perception de son environnement immédiat.

J’ai réfléchi à ce travail dans la perspective philosophique de Jaques Ranciere, à savoir une conception de l’art comme reconfiguration du sensible, c’est a dire avec une préoccupation politique. 

Dans ces images, les lieux sont recouverts de signes, il y une saturation de codes sociaux plus ou moins significatifs, et les individu présent a les images sont tout petit, presque de l’ordre du détails par rapport a leurs environnement immédiat. 

Les gens font alors figures du quelconque que G. Agemben défini dans « la communauté qui vient » comme « l’avènement d’un dehors », ou encore «une pur singularité ».

Je retrouve ces caractéristiques dans la présence-abscence de ces personnes dans les champs de l’image, et dans l’agir-non agir de leurs gestes visiblent dans ces situations.

 

Ce travail repose donc sur une articulation, un montage, entre ces figures de l’Homme quelconque et son conditionnement immédiats, son  ‘habitat’ ( Je m’accorde avec Martin Heidegger, pour définir le verbe habiter comme manière d’être présent au monde et a autrui.) 

 

Agemben conclu « la communauté qui vient » par ces mots : « déplacer le diaphragme qui sépare la mauvaise publicité médiatique de la parfaite extériorité qui communique uniquement soi-même - telle est la tâche politique de notre génération. »